Accueil      Rapport imprimable      English

NOS COLLECTES
SERONT PLUS
EFFICACES
QUE JAMAIS

Nous continuons d’améliorer l’efficacité de nos collectes pour offrir une expérience plus agréable, plus uniforme et plus harmonieuse à nos donneurs. Parallèlement, nous avons réussi à améliorer considérablement la rentabilité, la surveillance du rendement et la planification dans l’ensemble de notre réseau d’établissements de collecte.

Au cours de la dernière année, alors que nous étions confrontés à des défis en matière de recrutement, nous avons continué d’observer une légère diminution de l’utilisation de produits sanguins. Cette baisse est attribuable aux avancées médicales, à une utilisation plus efficace des produits et à d’autres facteurs. La convergence entre notre motivation à être plus efficaces et la nécessité de réaligner nos objectifs de collecte nationaux sur les besoins des hôpitaux a fait que certains de nos centres de collecte n’étaient plus viables. Nous allons continuer d’évaluer divers aspects de nos activités dans le cadre de notre engagement à maintenir la qualité et l’efficacité tout en préservant la valeur que nous offrons au système de santé canadien.

POINT DE MIRE :  FERMETURE DE CENTRES DE COLLECTE
POINT DE MIRE : 
FERMETURE DE CENTRES DE COLLECTE

En 2014, nous avons changé le mode de collecte de sang à Grand Falls‑Windsor, dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador. L’établissement de collecte a été fermé et remplacé par des collectes itinérantes, une décision qui n’a pas été prise à la légère. Compte tenu de la diminution des activités de collecte au cours des cinq années précédentes, nous en sommes venus à la conclusion que le maintien de l’établissement n’était plus une solution viable. Le changement n’aura pas d’incidence sur les soins prodigués aux patients ni sur la disponibilité des produits sanguins. Nous continuerons de distribuer les produits sanguins par l’entremise de notre centre de production et de distribution de St. John’s. Nous sommes conscients que cette fermeture, qui a touché dix employés à temps partiel, a été une source de déception pour certains membres de la collectivité. Toutefois, elle s’inscrit dans le cadre d’une stratégie analysée avec soin qui reflète les responsabilités de la Société canadienne du sang en tant qu’organisme sans but lucratif financé par les contribuables. La Société doit fournir un service sûr et efficace qui réponde aux besoins de ses clients, les hôpitaux, et ultimement des patients canadiens.

Nous avons poursuivi la mise en œuvre de notre stratégie relative aux collectes en 2015-2016. Au début de l’année, nous avons ouvert un nouveau centre de collecte à Sudbury, en Ontario. Ce nouveau centre est plus facile d’accès pour les donneurs et offre un milieu de travail plus adapté pour le personnel. En même temps, nous avons annoncé la fermeture de trois établissements de collecte à Corner Brook (T.‑N.‑L.), à Sydney (N.‑É.) et à Prince George (C.‑B.). Nous sommes également en train de remplacer un quatrième établissement par une collecte itinérante, et mettons fin à notre programme de Collectemobile dans trois villes. Enfin, nous éliminons progressivement nos collectes itinérantes dans 16 autres localités. Encore une fois, ces décisions étaient difficiles à prendre et nous avons dû les envisager dans le contexte de notre besoin de recevoir le soutien de nos donneurs actuels et potentiels, même si de façon paradoxale l’utilisation du sang diminue. Toutefois, compte tenu de certains facteurs comme le nombre total d’unités recueillies, la taille limitée des bassins de donneurs potentiels, les coûts de main-d’œuvre et de transport ainsi que la distance jusqu’aux centres de production, nous croyons avoir fait les choix qui s’imposaient pour garantir la fiabilité, l’efficacité et la pérennité du système national d’approvisionnement en sang.

Julie Poirier et Nancy Fox

Nancy, qui travaille à la division des relations avec les donneurs de la Société canadienne du sang, est bien placée pour comprendre l’importance du don de sang. Sa fille et elle ont toutes les deux reçu des transfusions de sang dans leur enfance comme traitement de la sphérocytose héréditaire, une maladie qui affecte la fonction des globules rouges.